Lundi 2 août 2021

Communier dans la tempête (Actes 27,13-44)


Lire le texte

Au cœur de la tempête et le ventre creux, Paul joue les premiers de classe en rappelant à tous les passagers de cette aventure qu’il aurait fallu ne pas poursuivre ce voyage et passer l’hiver à Beaux-Ports. Donneur de leçon? Pas tout à fait, car le voilà qui se révèle leader d’un groupe perdu au milieu du monde, sur une mer déchaînée. Il prend les choses en main et se sent solidaire des autres; il perçoit leurs peurs dans cette tempête qui fait rage. Il apporte un message d’encouragement après avoir été lui-même encouragé par un ange durant la nuit. Il partage sa vision et son espérance avec les autres. Après deux semaines de dérive, perdu au milieu de nulle part, Paul exhorte tous les passagers de ce navire à la dérive à reprendre des forces. On assiste ici à un repas quasi eucharistique, mais qui n’en est pas vraiment un; Paul prend du pain, rend grâce et rompt le pain… mêmes termes que lors de la cène. Comment comprendre ce repas-là? Est-ce une cène en communion avec une humanité à la dérive? Ou alors, la communion que nous vivons lors des cultes trouve ici un prolongement dans la communion au monde et ses habitants, quel que soit le sort que nous partageons ensemble, quelles que soient les tempêtes que nous devons essuyer ensemble. Nous voilà solidaires de tous les humains, quelle que soit leur condition.

Jean Biondina

Prière: Et tu m’invites, Seigneur, à communier au monde et à ses habitants? Ouvre alors mon cœur et mes yeux aux autres que je rencontre.  

Référence biblique : Actes des Apôtres 27, 13 - 44

Commentaire du 03.08.2021
Commentaire du 01.08.2021